Le lait et la viande de vache et le risque de cancer

Ces dernières années, l’incidence du cancer n’a cessé d’augmenter dans les pays développés. Les cancers colorectaux et du sein, en particulier, sont très répandus. En 2018, par exemple, le cancer colorectal était le troisième cancer le plus fréquent chez les hommes et même le deuxième chez les femmes.

Il est également frappant de constater que, surtout chez les jeunes dans les pays bien développés comme la France, les cas de cancer stagnent, voire augmentent à nouveau. Et ce, malgré le niveau médical élevé et les examens dits préventifs, tels que la coloscopie, qui ont contribué à une baisse générale des cas de cancer colorectal au cours des années précédentes.

Ce paradoxe apparent fait l’objet d’une étude menée par le Centre de recherche sur le cancer d’Heidelberg en Allemagne à partir de mars 2021. L’étude reprend la thèse selon laquelle la consommation de lait de vache et de viande bovine peut être liée au cancer du côlon et du sein. Les chercheurs ont concentré leurs recherches sur les bovins eurasiens, c’est-à-dire précisément les animaux qui sont également utilisés dans l’industrie de la viande et du lait en Allemagne, en Amérique et en Australie.

La consommation de viande et de lait favorise-t-elle le cancer ?

Selon les chercheurs de Heidelberg, une consommation élevée de viande et de lait n’est pas bénéfique pour la santé humaine. On soupçonne plutôt un lien avec divers cancers.

Afin de comprendre le contexte et les corrélations qui sous-tendent cette hypothèse, les chercheurs ont examiné divers processus au niveau cellulaire et ont tiré d’autres conclusions sur cette base. On soupçonne qu’il existe des facteurs de risque jusqu’à présent inconnus ou insuffisamment étudiés qui peuvent être impliqués dans divers cancers.

Certains composants des aliments d’origine animale posent problème

L’un de ces facteurs de risque est ce que l’on appelle les facteurs liés à la viande bovine et au lait (BMMF). Les FBM sont des composants de l’ADN présents dans le lait de vache et la viande bovine et qui ont été détectés dans les tissus cancéreux humains.

Ces composants de l’ADN des aliments d’origine animale sont également bioactifs dans les cellules humaines et sont soupçonnés de favoriser l’inflammation chronique – notamment dans les tissus sensibles tels que les tissus précancéreux ou autrement vulnérables – ainsi que les lésions de l’ADN dans les cellules en division. Cette hypothèse est également soutenue par les données dont disposent les chercheurs.

Par exemple, une inflammation chronique peut se développer après une exposition aux FBM dans les années ou les décennies qui suivent, car les molécules de FBM s’accumulent dans les tissus humains et favorisent les modifications tissulaires décrites ci-dessus.

L’inflammation chronique dans le viseur des chercheurs

Les chercheurs ont précisé que dans cette forme d’inflammation chronique, des processus très complexes se déroulent au niveau cellulaire, dans lesquels un certain nombre d’autres facteurs peuvent jouer un rôle.

En fin de compte, cependant, les chercheurs supposent que la cause est initialement une réponse immunitaire réduite contre l’infection par le BMMF. Cela pourrait être le cas, par exemple, chez les nourrissons nourris aux produits à base de lait de vache au cours de la première année de leur vie, car leur système immunitaire n’est pas encore complètement développé. Au cours des années suivantes, une réaction inflammatoire lente et chronique se produit alors, qui peut conduire à des modifications tissulaires malignes par le biais de divers processus au niveau cellulaire et sur plusieurs décennies.

Outre les facteurs liés à la viande bovine et au lait, les chercheurs soupçonnent également que des agents infectieux dits zoonotiques provenant de produits bovins pourraient être impliqués dans le développement du cancer colorectal. Les agents infectieux zoonotiques sont des agents pathogènes – par exemple des virus ou des bactéries – qui peuvent être transmis des animaux aux humains. En tout cas, des études plus anciennes suggèrent un lien entre les facteurs d’infection contenus dans les produits bovins et le cancer du côlon mais aussi du sein.

Ces résultats pourraient être prometteurs pour la compréhension d’autres cancers et maladies tels que le cancer de la prostate et du poumon. Il est clair que certaines relations et certains mécanismes d’action, ainsi que les interactions avec d’autres substances, sont encore loin d’être étudiés et compris de manière concluante.

Les avantages de l’allaitement maternel

Outre les aspects mentionnés ci-dessus, l’étude montre également les principaux avantages pour la santé qui peuvent être associés à l’allaitement.

Selon les responsables de l’étude, la période la plus critique pour l’infection par le BMMF se situe très probablement dans les premières années de la vie, voire plus probablement dans la première année de vie. Pendant cette période sensible, l’alimentation des nourrissons avec des produits laitiers – qui peuvent en principe être fortement contaminés par les FBM – peut entraîner des infections. On suppose que le système immunitaire de l’enfant, qui n’est pas encore complètement développé, ne peut pas les combattre de manière adéquate et qu’ils peuvent contribuer à divers problèmes de santé plus tard dans la vie.

On peut donc attribuer à l’allaitement maternel un bénéfice élevé pour la santé – notamment pour les raisons décrites ci-dessus. Selon les résultats de l’étude, l’alimentation complémentaire à base de produits laitiers de vache devrait être évitée autant que possible.

Ce que vous pouvez faire pour réduire votre risque de cancer

Les résultats de la recherche présentés ci-dessus soulignent une fois de plus l’importance d’une alimentation équilibrée à base de plantes pour le maintien de la santé humaine. Le terme “végétal” signifie que la majeure partie ou la totalité de votre alimentation est constituée d’aliments d’origine végétale. N’hésitez pas à consulter nos recettes vegan afin de trouver des alternatives aux recettes classiques qui sont riches en légumes, légumineuses et excellentes pour la santé.